Le Président du Conseil Départemental, Cyrille MELCHIOR a réuni ce jour les élus de la Collectivité pour appréhender les conséquences du Livre Bleu Outre-mer en prévision du contrat de convergence. Il a été très heureux à cette occasion d’accueillir le président du MEDEF Réunion, Didier FAUCHARD, qu’il a invité à présenter les risques économiques de la mise en œuvre de certaines dispositions contenues dans le Livre Bleu Outre-mer, présenté par Annick GIRARDIN le 29 juin dernier, et dans le rapport CAP 22 (Comité Action Publique), sur la réforme du service public.

Département-MEDEF-min

Les deux présidents ont convenu que cette rencontre sera le point de départ d’un travail partenarial. En effet, il apparaît essentiel de maintenir le lien entre le Département et le monde économique en partageant une même volonté de développement – culturel, économique et social – de notre territoire.

 

Didier FAUCHARD a tenu à faire connaître les inquiétudes et questionnements du MEDEF Réunion sur plusieurs points soulevés dans les rapports et à examiner avec la plus grande vigilance :

 

  • la suppression de l’abattement fiscal de 30%,
  • la disparition de dispositifs spécifiques de soutien aux entreprises,
  • la menace qui pèse sur des dispositifs plus généraux tels que la TVA à taux réduit.

 

La croissance économique de notre département reste fragile et repose essentiellement sur la consommation des ménages. Le taux de chômage, est quant à lui dramatiquement élevé, atteignant le triste record de 140 000 demandeurs d’emploi. À titre d’exemple, la suppression de l’abattement fiscal de 30% pourrait avoir des conséquences importantes et un effet direct sur la consommation des ménages, directement concernés par cette mesure.

 

À l’issue de cet échange, Cyrille MELCHIOR et Didier FAUCHARD ont décidé de créer un groupe de travail sur la déclinaison du Livre bleu Outre-mer et plus largement les enjeux du développement économique et social, afin de porter un message commun aux ministères dès la rentrée parlementaire. Un élément clé de cette volonté partenariale est de convaincre le gouvernement de ne pas prendre de décisions brutales et définitives sans en évaluer les conséquences et sans proposer en contrepartie des mesures compensatoires pour mettre en œuvre le plan d’action d’une nouvelle stratégie de territoire.