COVID-19

[Coronavirus] INFO 13 : COVID - 19 Flash Europe et International 18 mars 2020

  • Crédits photos : Skeeze de Pixabay

Nous vous proposons de trouver ci-après un point de situation sur la pandémie en cours
- au niveau européen 
- au niveau international

Ainsi que les recommandations 
- du Fonds monétaire international
- de la Banque Mondiale

Nous insistons particulièrement sur la situation des pays voisins de la France, mais nous vous invitons à lire la note dans son entier COVID 19 –Flash Europe et International du 18 mars 2020
De nouvelles mesures pour soutenir l’économie européenne

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Point de situation en Allemagne
Un plan « historique » de soutien de l’économie

Nombre de cas au 19 mars : 12 327 (+2450 / hier)
Nombre de morts au 19 mars : 28 (+2 / hier)


Principales mesures économiques prises :
- 13 mars : l'Allemagne a annoncé1 le plus grand plan d'aide aux entreprises de son histoire d'après-guerre, avec des prêts "sans limite" d'une valeur d'au moins 550 milliards d'euros.
- A compter du mois d’avril, les règles relatives au chômage partiel seront assouplies à travers :
o La réduction du seuil minimum d’employés affectés par le chômage partiel à 10% ;
o La dispense partielle ou totale de la nécessité de constituer un solde négatif en matière d'heures de travail
o L’ouverture des allocations de chômage partiel aux travailleurs temporaires/intérimaires ;
o Le remboursement total des contributions de sécurité sociale relatives au chômage partiel.
- D’autres mesures fiscales ont aussi été prises : report de paiement de taxes fédérales, report du paiement de l’impôt pour certains citoyens, pas de pénalités de retard, etc.
- L’Allemagne avait rétabli le 16 mars le contrôle aux frontières avec cinq pays, dont la France. Seuls les travailleurs transfrontaliers ont le droit de se rendre en Allemagne. Le pays a aussi annoncé des fermetures de tous les commerces non essentiels, interdiction très stricte de tous les rassemblements, y compris dans les lieux de culte, fermeture des aires de jeux également. Les écoles sont fermées depuis le 16 mars.

Principaux impacts économiques :
- Selon ING, l’économie allemande devrait se contracter de 1,5% sur l’année 2020. En début d’année, l’OCDE tablait encore sur une (faible) croissance (+0,3%).
- La baisse de la consommation est estimée à 4% avec les mesures de confinement (source : ING).
- La confiance des investisseurs allemands est au plus bas depuis la crise financière de 20082
- Concernant le risque conjoncturel du Covid-19, l’IW Kölnestime estime qu’un ralentissement de 3 points de la croissance chinoise coûterait 0,1 point de croissance à l’Allemagne, les exportations vers la Chine représentant 3% de la création de valeur totale de l’Allemagne

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Point de situation en Italie
Une aggravation du bilan sanitaire


Nombre de cas au 18 mars : 31 507
Nombre de morts au 18 mars : 2 503

Principales mesures économiques prises :
- L'Italie, le pays le plus touché jusqu'à présent par l'épidémie au sein de l'Union européenne, a annoncé 25 milliards d'euros pour lutter contre l'épidémie.
- Rome va utiliser son enveloppe pour aider les emprunteurs italiens, notamment à travers la suspension du paiement de certaines échéances de prêts immobiliers et bancaires.

Principaux impacts économiques :
- La production des usines subit une baisse d'environ -10%.
- Le secteur du commerce de détail (hors magasins d'alimentation) a diminué de -50%.
- Le tourisme et les transports accusent un effondrement de -90%.
- La production automobile est en difficulté : Fiat Chrysler vient d’annoncer que ses filiales FCA Italy et Maserati suspendaient temporairement la majorité de leurs usines de production européennes jusqu'au 27 mars. Au total, six usines en Italie vont interrompre la production.
- Le secteur du luxe est lui aussi impacté. Les clients ont peur de contracter le virus en touchant des produits fabriqués en Italie et expédiés à l’étranger. L’Italie est l’un des premiers bassins de productions de cuir (1 200 entreprises) fournisseurs de très grandes marques (LVMH, Gucci, Prada etc…) - 115 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans le pays.
- Devant l’impossibilité de garantir la sécurité des travailleurs sur les chantiers de construction (pas de protections disponibles, mobilité très restreinte sur le territoire italien) le gouvernement vient d’annoncer leur suspension.
- D’après l’OCDE (chef économiste - Laurence Boone), le moins mauvais scénario pour l’Italie serait une croissance nulle en 2020 (1er trimestre négatif suivi d’une amélioration).
- En revanche, les secteurs pharmaceutiques, les producteurs de dispositifs médicaux et le secteur de la chimie tournent à plein régime (et embauchent du personnel).
- Le secteur de l’agroalimentaire démontre également de la résilience notamment pour maintenir l’approvisionnement de la grande distribution, très mobilisée. On peut considérer qu’il fonctionne quasi normalement.
- Les entreprises italiennes qui le peuvent apportent tout leur soutien à la lutte contre le virus. Le plus grand assureur italien, Generali, et plusieurs entreprises italiennes telles que les banques Unicredit ou Intesa Sanpaolo ont rejoint un fond commun d’aide de lutte contre le coronavirus. Le fonds doit permettre de rassembler 100 millions d’euros pour soutenir l’Italie et les autres pays touchés. (Source New York Times).

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Point de situation en Espagne
Confinement et plan de soutien massif

Nombre de cas au 17 mars : 13 910 (+ 2 000 / hier)
Nombre de morts au 17 mars : 683 (+188 / hier)

Principales mesures économiques prises :
- L’Etat d’urgence a été déclaré. Les Espagnols sont en confinement strict pour minimum quinze jours (la durée de 5 semaines a été évoquée par des sources gouvernementales). Les frontières sont fermées.
- Afin d’éviter que le chômage partiel, notamment dans le secteur automobile, ne se transforme en chômage massif, le gouvernement annonce le plus important plan de relance de l’histoire de l’Espagne.
- La plus grande partie du plan gouvernemental consiste en une garantie de prêt de 100 Mds d’euros pour les entreprises afin d’assurer leur liquidité, en particulier pour les petites et moyennes entreprises.
- Les autres engagements publics s'élèvent à 17 Mds d'euros. L'ensemble, y compris la mobilisation privée en matière de garanties de prêt, totaliserait 200 Mds d'euros.
- Les paiements fiscaux prévus entre le 13 mars 2020 et le 30 mai 2020 (TVA, Impôt sur les Sociétés, impôt sur le revenu des résidents et non-résidents espagnols) peuvent faire l’objet d’un report.
- Une attention particulière est apportée par les autorités aux emplois menacés de destruction, comme les salariés du secteur du tourisme et de l’hôtellerie.

Principaux impacts économiques :
- En Catalogne (20% du PIB de l’Espagne), plus de 70 entreprises ont mis près de 4 000 salariés au chômage partiel.
- Le secteur du tourisme (12% du PIB, 13% des emplois dans le pays) est à l’arrêt.
- En complément du confinement, la fréquence des transports publics est réduite de 50%.
- 90% des 16 000 employés de la compagnie espagnole Iberia sont au chômage technique.
- Près de 100 000 emplois sont menacés par la crise en Espagne.
- Le pays pourrait rentrer en récession en 2020.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Point de situation au Royaume-Uni
Un changement de stratégie


Nombre de cas au 19 mars : 2644 (+694 / hier)
Nombre de morts au 19 mars : 71

Principales mesures économiques prises :
- Le Chancelier Rishi Sunak a annoncé3 un plan de soutien de l’économie de 30 Mds £ : 12 seront spécifiquement destinés aux mesures contre les coronavirus, dont au moins 5 Mds pour le NHS, et 7 milliards pour les entreprises et les travailleurs britanniques. Parmi ces mesures figurent :
o La hausse du montant que les entreprises peuvent emprunter par le biais du programme de prêts pour interruption d'activité en raison du Coronavirus de 1,2 million à 5 millions £ ;
o L’augmentation des subventions aux petites entreprises de 3 000 à 10 000 £.
- Autres mesures annoncées le 17 mars : prêts et des garanties illimités pour soutenir les entreprises et les aider à gérer leurs flux de trésorerie pendant cette période. Le Chancelier mettra à disposition 330 milliards de livres sterling de garanties, soit 15% du PIB britannique.
- La Banque d'Angleterre a annoncé une baisse d'urgence des taux d'intérêt pour soutenir l'économie au milieu de l'épidémie de coronavirus : les taux passent à 0,25%, ramenant les coûts d'emprunt au niveau le plus bas de l'histoire. La Banque a déclaré qu'elle libérerait également des milliards de livres de prêt supplémentaire pour aider les banques à soutenir les entreprises. Elle a confirmé le maintien du montant de son programme d’achat d’obligations d’Etat à 435 Mds£, et celui de son programme d'achat d'obligations d'entreprises à 10 Mds£.
- Boris Johnson a changé de stratégie sur le plan sanitaire avec un projet de loi4 et de nouvelles mesures. Il a notamment appelé la population à éviter tout contact et tout déplacement « non essentiel ». Il a également recommandé aux personnes âgées et aux femmes enceintes de s’isoler pendant trois mois. Dans la foulée mardi 17 mars, le UK a déconseillé à ses ressortissants tout voyage à l’étranger non essentiel, dans un premier temps pour 30 jours. Ces mesures font écho à un rapport fuité de l’agence de santé publique anglaise, Public Health England, qui évaluant que 7,9 millions de Britanniques pourraient être infectés d’ici au printemps 2021 si le gouvernement ne prenait pas d’autres mesures.

Principaux impacts économiques :
- Le chancelier a déclaré que sans tenir compte de l'impact du coronavirus, l'Office pour la responsabilité
budgétaire a prévu une croissance de 1,1% en 2020, le taux le plus bas depuis 2009.
- La British Chambers of Commerce (BCC) a abaissé ses prévisions de croissance du PIB pour 2020 à 0,8%, (par rapport aux prévisions précédentes à 1%°).
o La croissance trimestrielle du PIB devrait atteindre 0,2% au premier trimestre 2020, suivie d'une contraction de -0,1% au deuxième trimestre.
o Les estimations de la BCC pour la croissance des exportations ont été abaissées à 0,1% en 2020 (contre 1,1%) et 0,9% en 2021 (contre 1,4%), avant une croissance de 1,4% en 2022.
o Les prévisions de croissance de la consommation des ménages ont été revues à la baisse à 0,9% pour 2020 (contre 1,3%), 1,4% pour 2021 (contre 1,5%), avant une croissance de 1,5% en 2022.
o L'investissement des entreprises devrait se contracter de 0,7% cette année.